Prochain référendum: pour ou contre la marijuana légale ?

Blogues - Marco Fortier sur le trottoir
Mardi, 03 août 2010 15:56

En novembre, les 23 millions d’électeurs de la Californie se prononceront par référendum sur la légalisation de la marijuana. Pourquoi ne ferait-on pas la même chose au Canada ?

Je sais, il existe toujours des causes plus urgentes que de légaliser la possession de pot. On dirait que les gouvernements n’ont jamais le temps de se pencher sérieusement sur des questions comme celle-l*. Il s’agit pourtant d’un enjeu crucial, qui coûte des centaines de millions de dollars en pure perte * la société.

Ça me frappe depuis mon retour au Québec après une longue absence * l’étranger: l’usage de la marijuana semble plus répandu que jamais. C’est pas compliqué, ça sent le pot dans les rues de Montréal ! Je vous mets au défi d’aller sur le mont Royal et d’en revenir sans avoir humé une odeur de cannabis. Et pas juste aux tam-tams du dimanche, où il y a plus que de l’encens qui brûle dans l’air.

Gérard Briand fait partie de ceux qui s’allument un petit joint de temps en temps.
«Oui, et j’inhale en plus!»
dit en riant ce monsieur de 55 ans qui ne correspond en rien * l’image de poteux associée aux amateurs de marijuana.

Gérard Briand a un MBA, une maîtrise en administration des affaires. Il est prof de gestion au cégep de Saint-Laurent et organise des collectes de fonds pour des organisations communautaires. Il est chauve en plus, ça lui donne un air sérieux.

M. Briand a créé une page Facebook intitulée: Pour transformer les SAQ en Société des alcools et stupéfiants du Québec (SASQ).

Il a envoyé au premier ministre Jean Charest une lettre bien ficelée résumant ses arguments.

«Le Québec est mûr comme société pour prendre le contrôle du commerce de la marijuana»,
dit-il.

Preuve qu’il s’agit d’une proposition sérieuse, la Californie se prononcera par référendum * ce sujet le 2 novembre 2010, souligne Gérard Briand; 693 800 électeurs ont signé une pétition réclamant un référendum sur cette question. Les activistes californiens ont calculé que l’État encaisserait 1,3 milliard de dollars par année en taxant le commerce du cannabis. Gérard Briand estime qu’au Québec, une telle mesure ferait tinter 300 millions dans les coffres du Québec.


Gérard Briand verrait bien la SAQ se transformer en SASQ (Société des alcools et stupéfiants du Québec). Photo Rogerio Barbosa

Santé publique

La légalisation de la marijuana reste d’abord et avant tout une question de santé publique, selon lui. Comme le crime organisé contrôle la production, on ne sait jamais ce qu’il y a dans le pot, souligne-t-il.

Les gangs de rue et les criminels seraient déstabilisés avec la légalisation du cannabis. Et la police pourrait se concentrer sur les véritables crimes plutôt que de traquer les fumeurs de pot.

Le sénateur conservateur Pierre Claude Nolin en était arrivé aux mêmes conclusions et avait recommandé la légalisation des drogues — pas juste le cannabis — après avoir étudié en profondeur la politique de répression des drogues au Canada, au début des années 2000. Oui, un sénateur conservateur a recommandé la légalisation des drogues au Canada.

Aussitôt publié, son rapport avait bien sûr abouti sur une tablette poussiéreuse du parlement.
«Le sénateur Nolin est en avance sur son temps»,
disait-on * l’époque.

Près de dix années plus tard, rien n’a changé.



http://www.ruefrontenac.com/marcofor...e-saq-marjuana




LEQ
en douelur extrème et * sec